65 Followers
41 Following
Leopard

Leopard

Currently reading

Taiga?s True Views: The Language of Landscape Painting in Eighteenth-Century Japan by Melinda Takeuchi (1994-06-01)
Melinda Takeuchi
The History of England, Vol 2
David Hume
The History of Scepticism: From Savonarola to Bayle
Richard H. Popkin
Cicero: On Moral Ends (Cambridge Texts in the History of Philosophy)
Marcus Tullius Cicero, Raphael Woolf, Julia Annas
Das Goldene Vlies: Dramatisches Gedicht in Drei Abteilungen
Franz Grillparzer
Euripides IV: Rhesus / The Suppliant Women / Orestes / Iphigenia in Aulis
Charles R. Walker, Frank William Jones, William Arrowsmith, David Grene, Euripides, Richmond Lattimore
Notes from Underground & The Double
Fyodor Dostoyevsky, Jesse Coulson
The World of Thought in Ancient China
Benjamin I. Schwartz
The Last Generation of the Roman Republic
Erich S. Gruen
The Legend of Gold and Other Stories
William J. Tyler, Jun Ishikawa, Ishikawa Jun

Le Cosmopolite ou le citoyen du monde , par Louis-Charles Fougeret de Monbron

Le cosmopolite ou le citoyen du monde - Louis Charles Fougeret De Monbron

This book is not likely to be translated, so...

 

Monsieur Fougeret de Monbron était un homme malheureux, et son mépris pour presque tout et tous m'était, en fin de compte, fatiguant. En fait, il y a des passages dans ce livre qui me rappelent des textes de sociopathes. Bon, j'exagère un peu, mais pas trop... Par moments ce texte curieux présage les textes confessionnaux abjects de certains écrivains de nos temps. Je n'ai aucune idée si ce livre est tout à fait singulier dans le corpus des écrits du dix-huitième siècle, mais je m'en doute.(*)

Pour le reste, je vous renvoie à la discussion beaucoup plus approfondie de mon trés bon ami de Web, Yann:

 

https://www.goodreads.com/review/show/924085779?comment=99243491#comment_99243491 

 


(*) Je me suis forcé à lire deux textes du maudit Marquis de Sade il y a quinze ans, mais ils étaient tellement irréals - des jeux d'enfant mauvais, des fantaisies malsaines d'un obsessif. Mais ici, dans Le Cosmopolite, on a l'impression qu'on voit bien l'homme lui-même.